Ressources gratuites

Conférences

Et si nous avions le pouvoir
de leur changer la vie ?

L’alphabétisation
émotionnelle

Interviews

Podcast "La force de la non-violence"

Podcast "Métamorphorse"

Podcast "Papatriarcat"

Podcast Papatriarcat

Podcast "Les adultes de demain"

Podcast adultes de demain avec Isabelle Filliozat

Astuces & Réponses aux questions des parents

Que faire lorsque les deux parents
ne sont pas d'accord ?

Astuces pour ne plus perdre le contrôle
de soi face à une crise !

Pourquoi nous entrons dans des jeux
de pouvoir avec les enfants ?

Pourquoi les enfants nous testent ?
Pourquoi nous l'interprétons comme tel ?

Apprivoiser la peur du noir,
aider un enfant à s'endormir

"Il dit non sur tous les tons" :
Et moi je fais quoi ?

"Quand je fais une bêtise, les grands ont
ils le droit de me mettre des punitions ?"

TEDxVaugirardRoad :
Comment rebrancher son cerveau ?

Extraits des programmes parentalité en ligne

Les besoins des enfants

Comment communiquer
différemment avec son enfant ?

Dans cette vidéo, Isabelle Filliozat présente le concept de Parentalité Positive : de quoi s’agit-il ?

Le programme Weelearn permet d’aborder 4 problématiques en 1h13 : comment réagir face aux colères, éduquer sans autorité, des outils pour gérer le quotidien et enfin comprendre les réactions de son enfant.

Une sorte d’entrée en matière riche d’informations clés pour améliorer la communication avec notre enfant.

Participation au livre "Garde tes conseils"

La participation d’Isabelle Filliozat:

Si elle continue de te faire des caprices,
fous la sous l’eau glacée, tu verras, ça calme !

Nos parents ont pu croire que mettre une enfant sous une douche glacée la calmait… alors que l’enfant s’immobilisait. En réalité, tout se figeait en elle, corps, coeur et cerveau, car c’est la réaction naturelle de stress intense, lorsqu’on est vraiment impuissant, lorsque fuite ou lutte sont impossibles. Ce que e voyaient pas nos parents, ce sont les dégâts à long terme sur l’organisme de cette réaction de figement, sur le psychisme de l’enfant et bien sûr sur la relation.

L’adulte nomme caprice un comportement de l’enfant qu’il ne comprend pas et face auquel il se sent impuissant. Quand cet adulte a lui-même été violenté dans son enfance, ce sentiment d’impuissance est intolérable, puisqu’il fait écho au figement impuissant qu’il a connu enfant. Punir, mettre sa fille sous l’eau glacée, c’est tenter dee retrouver un peu de pouvoir pour lutter contre cette impuissance.

Ophélie Bourgeois - Garde tes conseils - Isabelle Filliozat

Les inconvénients
des punitions

  • Elles s’adressent aux symptômes, et non aux causes des problèmes. Et rien que pour cela, chacun devrait les éviter. Comme le problème ne sera pas résolu, il ne manquera pas de se manifester à nouveau par d’autres comportements déviants, entraînant fatalement une escalade.
  • Elles évitent à l’enfant de faire face aux conséquences de ses actes et donc l’éloignent du sentiment de responsabilité. Comme l’enfant « paye » par la punition, il se vit comme exonéré de la faute, et ne s’y attarde donc pas davantage.
  • Les émotions causées par la punition stimulent le circuit de stress et empêchent l’enfant de réfléchir à ce qu’il a fait. La mémoire fonctionne, oui, mais l’enfant mémorisera le stress, la crainte, la colère, et non pas ce qui aura déclenché la punition.
  • Les punitions n’enseignent que la peur du gendarme et non pas responsabilité et autodiscipline. Elles empêchent la prise de conscience des conséquences de l’acte commis en détournant l’attention de l’enfant vers des sentiments négatifs à l’égard du parent : sentiment d’injustice, colère, crainte…
  • Elles font honte à l’enfant et donc bloquent plus encore le processus sain du sentiment de culpabilité qui aurait permis de prendre conscience de l’acte commis au profit du sentiment d’être mauvais en tant que personne. Lequel sentiment n’apportera bien évidemment aucun progrès.
  • Elles altèrent l’attachement et la confiance dans la relation parent-enfant, et « vident » le réservoir de l’enfant, posant ainsi les conditions d’un nouveau dépassement de bornes.
  • La peur et la honte engendrées par les punitions inhibent les fonctions cérébrales supérieures, ce qui a un impact sur les performances intellectuelles, la vie émotionnelle et la socialisation.
  • Les parents punissent parce qu’ils sont dépassés et impuissants. L’enfant le perçoit et perd confiance en ses parents, cela l’insécurise, et cette insécurité se manifestera par davantage de comportements déviants.
  • Le parent perd de l’autorité progressivement, d’une part parce que l’enfant finit par se protéger de ses sentiments désagréables par un « Je m’en fiche » et d’autre part parce que, du fait de leur inefficacité sur le moyen et long terme, les punitions doivent être de plus en plus sévères. Punir n’est pas manifester son autorité. Nous punissons par manque d’autorité !
  • De plus, les punitions étant souvent infligées sous le coup de l’exaspération, elles sont souvent irrationnelles, disproportionnées et sans rapport avec le comportement problème.

Des idées de petit-déjeuner
et autres infos sur la nutrition

Newsletter

Rester informé.e en vous inscrivant à la newsletter.

Connexion

Mot de passe perdu ?